frenes

La commune de Saint-Martin-la-Pallu abrite plus d'une dizaine de châteaux pour la plupart privés ainsi que plusieurs maisons remarquables. Il n'est pourtant pas rare pour certains de les voir en se promenant ou bien lors de manifestations. Voici quelques exemples :

 

Le château des 7 tours - Chéneché

7 tours panneauIl est difficile de préciser quand ce château a été construit. Les bouches à feu visibles sur les tours qui flanquent l'entrée sont caractéristiques du XVe siècle. A l'origine, dans les écrits du XIe siècle, sont mentionnés un fort "chinipiacum castrum" et une église "ecclesia Santi Vicenti". Ce premier château a été remplacé par le château des Sept Tours, de forme pentagonale, avec sept tours à machicoulis, reliées les unes aux autres par d'épaisses murailles. Pour mieux assurer sa défense, il était entouré de douves alimentées en eau par un bras de la Pallu. La partie habitée s'étendait de la tour Ouest à la tour Nord-Ouest et se poursuivait au-dessus de la porte d'entrée jusqu'à la tour du Trésor (Nord). Celle du Sud-Ouest abritait le moulin, celle du Sud le colombier, celle du Sud-Est la prison et celle du nord-est les archives. Deux dates sont retenues pour l'arasement des tours, (sanction courante et confiscation de la seigneurie en cas de condamnation).


Deux seigneurs pouvant avoir subi une telle sanction; le premier est Simon Burleigh, chevalier anglais gouverneur de Loudun sous l'occupation anglaise qui a combattu les français et qui était marié à Marguerite de Beauçay. Il fut condamné pour trahison et décapité dans la tour de Londres en 1388. Le second n'est autre que le fils de Marie de Craon, Gilles de Rais, le tristement célèbre compagnon de Jeanne d'Arc condamné à mort en 1440 pour félonie et les meutres d'au moins 140 enfants.

 

7 tours

En 1485, Louis Bâtard du Maine et sa femme Anne de la Trémoille ont fait entreprendre des travaux entre les deux tours ouest et au-dessus de la porte d'entrée ou ils ont fait aménager des pièces d'habitation. En 1670 on trouve dans un aveu de Jacques de Mesgrigny une description partielle du château : mon château du côté de devers le cours d'eau de la Pallu composé de grosses tours et pavillons avec pont-levis, remparts, machecoulis et fossés à fond de cuve excepté les deux premières tours portail et entrée du château qui sont devers l'église du lieu avec le fossé de devant".

La mairie prendra ses quartiers dans le logis, grâce aux dons d'un notable Mr nestor Guérinière, en 1865.

 

Le château des Roches - Vendeuvre du Poitou

Château des rochesLorsqu'on arrive de Poitiers, au rond point, on aperçoit un superbe château du début Renaissance sur la droite. Il ne se visite pas, mais on peut raconter son histoire. Le domaine appartient à Jacques d'Ausseure, maire de Poitiers, depuis la fin du XIVème siècle. En 1516, il est autorisé à élever une maison forte. La cour, un quadrilataire flanqué de massives tours rondes montre l'influence médiévale de même que les douves sèches et le châtelet d'entrée qui ressemble énormément à celui du château de Dissay avec ses deux tours. Un chemin de ronde couvert, crénelé et pourvu de machicoulis protège le pont-levis. Le corps de logis s'intercale entre le chatelet et la tour d'angle où se trouve la chapelle.


Prévu pour l'habitation, il est muni de larges cheminées. Les fenêtres à meneaux, les lucarnes sculptées, nous rappellent l'influence du château de Bonnivet tout proche. A l'arrière, une tour est vouée aux fonctions domestiques, l'autre est une fuye (pigeonnier). Les deux confirment leur fonction défensive avec leurs cannonnières. Le plus célèbre des propriétaires du château fut le général Chemineau. Il connait la gloire dans l'armée Napoléonienne. Au siège de Dantzig, il se jeta sur les russes à la tête d'un escadron, enleva trois canons et fit 800 prisonniers. Cet exploit lui valut la légion d'honneur.


Il se distingua également au Portugal et dut être amputé de la jambe droite lors d'une bataille à Lützen. La Restauration le fit chevalier de Saint-Louis et commandant de la Vienne, la Charente-Inférieure et les Deux-Sèvres. Il amménagea alors son château en y apportant quelques éléments de confort.
A noter : son nom est gravé dans la pierre sur un des piliers de l'Arc de Triomphe de l'Etoile, à Paris.

 

Le château de Bonnivet - Vendeuvre du Poitou

bonnivetLa construction du château débuta à la fin de 1516, au plus tard en 1517, après l’accession de Guillaume Gouffier à la charge d’amiral de France.


Sans qu’il soit possible de l’identifier, il est toutefois certain qu’un architecte a conçu cet édifice remarquable : l’unité du plan, l’intelligence des partis retenus révèlent une personnalité majeure, qui sut donner corps aux ambitions du seigneur de Bonnivet.

 

Le château s’élevait sur un plan quadrangulaire. La façade principale, au sud, longue de 98 mètres, s’étendait entre deux tours d’angle. Au centre du corps de logis, l’escalier en vis était logé dans une cage ouverte sur les deux façades par de grandes baies en plein cintre, formant une sorte de « cabinet à claire-voie ».

Dans cette partie du château se concentrait l’essentiel du décor sculpté, d’une exceptionnelle qualité. Le style antiquisant de certains sculpteurs, nettement marqués par les exemples italiens contemporains, rencontrait la verve plus traditionnelle d’autres artistes inspirés par des modèles gothiques.

 

En 1525, le corps de logis principal était sans doute le seul achevé. L’aile est devait être élevée en partie, mais l’aile ouest sans doute juste commencée. La mort de l’amiral interrompit brutalement les travaux.
À partir de 1649, un nouveau propriétaire, Jacques de Mesgrigny, reprit en main le chantier : il acheva probablement l’aile est, conserva les seules arcades de la galerie initialement prévue à l’ouest, et ferma la cour, au nord, par un mur animé par des arcades aveugles, en imitant le dessin de celles élevées au siècle précédent. Fier de son œuvre, il commanda à un graveur, Lapointe, une vue du château.

 

En 1669, en route pour Bordeaux, l'architecte Claude Perrault (frère de Charles qui collecta les fameux Contes et se souvint de l'amiral dans Le chat botté avec le marquis de Carabas) s’arrêta à Bonnivet : son journal de voyage contient la seule description précise du château et même un croquis de l’escalier.

 

Malgré les travaux de Mesgrigny, l’état de ruine de l’édifice à la veille de la Révolution dicta sa vente à un homme d’affaires qui le transforma en carrière de pierre. La démolition dura de longues années, les plus beaux reliefs furent achetés par des collectionneurs. La Société des Antiquaires de l’Ouest s’efforça de rassembler des vestiges du décor, aujourd’hui propriété des musées de Poitiers. Une trentaine d’écoinçons, réunis par Gaillard de la Dionnerie, furent acquis en 1903 par le musée de Cluny qui les déposa à Poitiers en 1975. Quelques autres fragments sont conservés dans des collections publiques et privées, tandis que beaucoup ont été réemployés dans des bâtiments construits à Vendeuvre et dans les communes avoisinantes au début du XIXe siècle.plan bonnivet

Ce monument disparu avait pourtant rayonné si intensément que lui seul fut cité par Rabelais pour donner à imaginer les splendeurs de Thélème, « cent fois plus magnificque que n’est Bonnivet ». Ses dimensions exceptionnelles, la qualité de son décor sculpté, la nouveauté de certains partis tels que l’escalier en vis intérieur ouvert de deux côtés, en firent le véritable précurseur du château de Chambord et l’imposèrent comme modèle dans tout l’ouest de la France.

 

 

Par cette exposition, le plus remarquable monument érigé en France dans les années 1515-1525 retrouve sa place dans l’histoire de l’architecture.  Aujourd'hui propriété communal, le site est actuellement inaccessible au public pour des questions de sécurité. 

 

Le Château d'Étables - Charrais

Le château se cache discrètement derrière de hauts murs, au cœur du village d'Étables. Lorsque le grand porche est ouvert, la façade nord attire l'attention, par son décor sculpté.

 

château détables MODIF Le château d'Étables est reconstruit en 1433 avec l'autorisation du roi Charles VII, à la fin de la guerre de Cent ans. Il appartient alors au trésorier du chapitre de Saint-Hilaire de Poitiers. Cette demeure fortifiée est transmise au fil des siècles aux riches notables de Poitiers qui tiennent souvent la fonction de trésorier de l'abbaye. C'est l'un d'entre eux, Nicolas Dumas, qui reconstruit entièrement le bâtiment pour en faire un château agréable, à la mode du temps, vers 1680. Ses armoiries sont sculptées sur la façade en partie haute.

Ce château de la fin du XVIIe siècle était constitué autrefois d'un bâtiment principal au plan en U : la façade nord était encadrée de deux ailes de bâtiments, ouvrant sur la cour, l'aile est (à gauche) a été détruite, l'aile ouest, seule, est conservée. L'aile ouest contient un superbe escalier monumental, à rampes droites soulignées d'une balustrade de pierre. C'est par cet escalier qu'on accédait aux chambres de l'étage, ornées de cheminées et de boiseries.

La façade nord s'ouvre de grandes fenêtres rectangulaires, encadrant des niches creusées dans le mur, accueillant des statues : Hercule tenant sa massue, au rez-de-chaussée, et à l'étage, un buste de Bacchus couronné de pampre. Il rappelle sans doute l'importance de la propriété viticole. Tout en haut, le fronton cintré met en valeur un écusson surmonté d'un casque. La devise qui y était inscrite s'est effacée.

La façade sud, à l'arrière du bâtiment, reprend les mêmes dispositions, en plus simple. Elle est encadrée de deux grosses tours rondes qui ont été arasées. Les autres bâtiments qui sont enserrés dans l'ancien ensemble du château sont des communs, avec une autre tour aménagée en fuie.

Le château est inscrit au titre des monuments historiques.

C'est une propriété privée.

 

Mairie de Saint-Martin-la-Pallu

Mairie annexe de Vendeuvre-du-Poitou

15 route de Lencloître – Vendeuvre

Vendeuvre-du-Poitou

86380 SAINT-MARTIN-LA-PALLU

05 49 54 59 60

Mairie annexe de Blaslay

1 place de l’Eglise de Blaslay

Blaslay

86170 SAINT-MARTIN-LA-PALLU

05 49 54 13 24

Mairie annexe de Charrais

48 rue des écoles d’Etables

Etables – Charrais

86170 SAINT-MARTIN-LA-PALLU

05 49 51 21 88

Mairie annexe de Chéneché

6 rue Gilles de Rais

Chéneché

86380 SAINT-MARTIN-LA-PALLU

05 49 51 24 61

Mairie annexe de Varennes

5 rue de la mairie

Varennes

86110 SAINT-MARTIN-LA-PALLU

05 49 50 44 64

hp aquitaine
pref vienne

 

Paramétrages de cookies

×

Cookies fonctionnels

Ce site utilise des cookies pour assurer son bon fonctionnement et ne peuvent pas être désactivés de nos systèmes.
Ils ne sont utilisés pas à des fins publicitaires.

 

Contenus interactifs

Ce site peut utiliser des composants tiers, tels que Google NotAllowedScriptMaps, Calaméo, NotAllowedScriptReCaptcha V2 ou NotAllowedScriptReCaptcha V3, qui éventuellement déposent des cookies.

Si vous décider de bloquer ces composants, les contenus liés ne s’afficheront pas.

Réseaux sociaux/Vidéos

Ce site peut utiliser des composants de réseaux sociaux ou de vidéos qui exploitent des cookies.

Ils permettent d’améliorer la convivialité et la promotion du site grâce à différentes interactions sociales.

Si vous décider de bloquer ces composants, les contenus liés ne s’afficheront pas.

Autres cookies

Ce CMS Joomla peut utiliser des cookies de gestion (par exemple : les sessions utilisateurs).